was successfully added to your cart.
Amarula Café Club

Le quatuor Amarula Café Club nous livre « Vol II », la parfaite bande son pour rêver d’un été en liberté.

Dans cette afro-pop vitaminée, c’est d’abord la langue qui nous interpelle : de l’anglais lové dans un accent sud-africain où les « r » sont roulés et les onomatopées scandées puis du français, saupoudré de malgache, et quelques bribes d’espagnol. Si on n’en perçoit pas toutes les voyelles, on en ressent la chaleur du sujet. Embarqué(e)s à bord de ce VOL.II, on y parle alors de voyages, de diversité, de découvertes où le réel et l’imaginaire prennent la route ensemble.

C’est intime, chaleureux, puissant, énergique, dansant. Les sonorités et partitions complexes intriguent, jusqu’à vouloir en connaître les origines. Le Sénégal pour Axel, La Réunion pour Yann, Madagascar pour Arnaud, l’Italie pour Vincent. C’est donc le soleil qu’ils ont mit dans ces mélodies d’été infinies. Sûrement une façon de réchauffer l’ancienne chambre froide qui leur sert de studio de répétition, au Perreux.

Un décor underground où ils réunissent leurs influences et expériences. Celles qu’ils côtoient, comme Thérapie Taxi dont Vincent est le guitariste ou encore Lonepsi et Lucien & the Kimono Orchestra pour qui Axel se met à la batterie. Celles qu’ils écoutent, de Kendrick Lamar à King Krule, de James Blake à Ibeyi. Un mélange musical qui explique peut-être pourquoi on ignore si Amarula Caf Club est un bar de plage, un club de jazz, un dancefloor color block ou une boite de nuit underground.

En réalité, l’Amarula est un alcool sud-africain, issu du fruit d’un arbre puissant à l’ombre duquel les sages bantous se réunissent. Et c’est bien de l’ivresse qu’on retrouve dans ce second EP où des titres comme Low énergise le premier venu, après avoir été traversé par l’électrique Amarillo. À consommer sans modération.

Crédit photo : Marge Vigneau

Lubiana
Next Post
Suzon Depraiter

Author Suzon Depraiter

Fan de boules à facettes et de fringues à paillettes, Suzon est notre rédactrice en chef web.

More posts by Suzon Depraiter

Leave a Reply