was successfully added to your cart.
BABY QUEEN

L’anglophone Baby Queen continue de dealer sa pop satirique avec le clip acidulé de Buzzkill, son dernier single. 

Ne pas juger aux apparences. Car derrière ce blaze de rappeuse à peine majeure, qui semble tisser des liens familiaux avec DaBaby, Lil Baby, DaBabi voire Young Thug, et placer ses origines dans l’état du Bling Bling aux États-Unis, se cache en réalité une artiste pop dont le pseudo est bien plus satirique qu’égocentrique.

Bella Latham de son vrai nom vient de la ville côtière Durban, en Afrique du Sud mais vit à Londres, depuis son adolescence. Son premier single sorti chez Polydor, Internet Religion, dévoilait déjà un coin de son esprit critique envers la société en s’emparant d’un sujet plus qu’actuel : notre identité sur Internet. 

À travers ses paroles, Baby Queen soulignait alors l’impact des médias sociaux sur la confiance en soi :

« Je déteste la façon dont il est si facile de contrôler votre identité en ligne et vous devenez si obsédé par qui vous êtes en ligne et combien de personnes aiment vos photos ».

Avec Buzzkill, son dernier single extrait du même EP qui sortira en fin d’année, la thématique n’est pas bien éloignée. Dans un clip bariolé, Baby Queen illustre le propos par des mains un peu trop tactiles qui fourmillent autour de son visage. Manipulatrices, elles arrangent ses cheveux, son expression, son style jusqu’à métamorphoser l’artiste plusieurs fois contre son gré. En bande-son, une guitare soft-grunge avec des synthés pulsés et un refrain pop. Une mélodie entêtante digne d’un « summer hit » qui laisse entendre la parodie.

Une performance piquante qui maintient la curiosité jusqu’à l’EP !

Suzon Depraiter

Author Suzon Depraiter

Fan de boules à facettes et de fringues à paillettes, Suzon est notre rédactrice en chef web.

More posts by Suzon Depraiter

Leave a Reply