was successfully added to your cart.
Bongeziwe Mabandla

Bongeziwe Mabandla, dont la musique adoucit bien plus que les moeurs,  sort aujourd’hui son nouvel album. Et si le triste hasard s’en est mêlé, il n’y a pas meilleure réponse au besoin partagé d’entendre une voix apaisante venue d’ailleurs parler d’amour avec douceur.

Enregistré “à l’instinct” en 21 jours entre Johannesburg et Maputo, en mars 2019, l’album iimini est un cycle de douze chansons, avec un début, un milieu et une fin. Comme un récit musical, il est ainsi destiné à être écouté dans sa totalité. Et si, en voulant découvrir un album plus vite, l’envie nous vient parfois d’avancer quelques titres avec le curseur du player, c’est ici impossible. La voix de Bongeziwe Mabandla nous immobilise jusqu’à la fin de la douzième chanson, dont le passage de l’une à l’autre se fait en toute discrétion.

Si l’album s’ouvre avec l’envoutant mini esadibana ngayo (#001), le deuxième titre masiziyekelele (14.11.16) entête déjà, nous faisant hésiter entre remuer de la tête ou fermer les yeux.  Les chansons en langue africaine s’enchaînent jusqu’à Khangela qui signifie « chercher ou chercher l’amour » et que seul Bongeziwe peut expliquer

«Khangela parle de mon désir extrême et de mon besoin profond d’amour. C’est certainement la chanson la plus révélatrice de mon album « iimini ». (…) Je dirais que cette chanson parle de la solitude et d’un fort désir d’amour. Elle parle de tout ce que j’ai fait en cherchant l’amour. Elle parle de mes nombreuses erreurs et de mes regrets et des nombreuses fois où je me suis trahi parce que j’avais besoin d’amour. La chanson parle aussi du fait de se retrouver constamment au même endroit, à chaque fois que l’on fait la même erreur. Elle est écrite à partir de la phrase « le rejet engendre l’obsession ». J’ai connu beaucoup de négligence dans ma vie et cela a créé un profond désir d’amour et d’acceptation. C’est à partir de ce sentiment que j’ai écrit. »

Un troisième album captivant qui lui a valu le titre « d’esprit énigmatique de l’âme africaine”, sorti sur le label Platoon dont l’un des objectifs est de promouvoir la créativité des artistes africains et sud-africains dans le monde entier. Bien que ses deux premiers disques, Umlilo en 2012 et Mangaliso en 2018 ont déjà commencé à rassembler son public dans le monde entier : Allemagne, Malawi, Pays-Bas, Finlande, Norvège, Londres, France, Suisse, souvent à guichets fermés. Et en attendant de remplir les salles de ses prochaines dates, l’album fait office de concert à domicile : iimini est sorti.

Ben.
Next Post
Suzon Depraiter

Author Suzon Depraiter

Fan de boules à facettes et de fringues à paillettes, Suzon est notre rédactrice en chef web.

More posts by Suzon Depraiter

Leave a Reply