was successfully added to your cart.
Communion rock parfaite au Trianon

Hier soir, le Trianon a vacillé, tremblé et bien manqué s’effondrer !

Rempli à ras-bord, la salle accueillait deux projets aux esthétiques rock : Bandit Bandit en première partie, et les sublimes Last Train, qui fêtent depuis septembre la sortie de leur nouvel album « The Big Picture ».

Les Bandit Bandit, duo lyonnais transformé en quatuor sur scène et alternant chant en français et en anglais, sont venus défendre leur premier Ep et ont proposé un set impeccable devant une salle déjà remplie, leur fraîcheur et leur enthousiasme compensant largement la pression de jouer devant un public si nombreux et à guichets fermés. Sexy et insolents, ce projet à suivre a parfaitement ouvert la soirée.

A 21h pile, Last Train monte sur scène dans une ambiance solennelle : les amplis sont parfaitement alignés derrière le groupe, et le choix d’avoir un rideau en fond de scène leur permet de jouer avec les éclairages, de multiplier les tableaux et d’apparaître tantôt en ombres chinoises, tantôt illuminés par les projecteurs situés au-dessus. Cette scénographie particulière participe énormément à l’impression de communion spirituelle qui a été le fil conducteur de la soirée.

Et s’ils étaient très attendus par un public jeune et moins jeune (ou disons jeune depuis longtemps), le groupe s’étant imposé comme une valeur sûre sur scène, ils ont été fidèles à leur réputation et n’ont pas démérité un instant : généreux, charismatiques mais jamais cabotins, les 4 rockeurs ont assurés un concert mémorable.

Porté par l’alchimie tangible avec ses camarades, Jean-Noël l’électrique chanteur sait tenir son public, et lorsqu’il ne vient pas s’asseoir en bord de scène pour le taquiner, ou l’inciter à chanter avec lui, il est carrément porté debout par la foule, rappelant l’Iggy Pop messianique des belles années. “Vous êtes beau” dira-t-il au bout du quatrième morceau, visiblement transporté.

La soirée verra s’enchaîner les hymnes rock issus de The Weathering, et de The Big Picture évidemment (qui fonctionnent, de toute évidence, superbement en live), mais aussi certains titres plus anciens, tel « Leaving You Now » extrait de leur Ep de 2015, « The Holy Family ».

Un rappel de trois titres (dont « Cold Fever », que l’on entend toujours avec le même plaisir) concluera admirablement ce concert de plus d’une heure et demie, après lequel le groupe, ému aux larmes, remerciera leur équipe, mais aussi leurs parents dans les balcons. L’émotion est palpable, aussi bien sur scène que dans le public. Merci Last Train, le rock à encore de beaux jours devant lui !

Order89
Next Post
Kao

Author Kao

More posts by Kao

Leave a Reply