was successfully added to your cart.
Raleigh Ritchie

Tout va très vite depuis 2016 pour Jacob Anderson.
Tout d’abord avec son avatar musical, Raleigh Ritchie, et le succès de son premier album « You’re a Man Now, Boy », mais aussi à l’écran via notamment le rôle de Greyworm dans la série Game Of Thrones.

L’artiste, à l’écriture introspective et sensible, a de nouveau regardé en lui-même pour nous offrir « Andy », son deuxième album à venir. Rencontre.

-Comment aimerais-tu que l’on te présente à nos lecteurs ?

Raleigh Ritchie. Un mec qui fait des trucs.

-Comment décrirais-tu ton album à venir “Andy” ?

Je dirais que cet album est l’aboutissement de tout ce que j’ai traversé pendant ma vingtaine. C’est un peu comme un journal de mes sentiments les plus extrêmes et durs à gérer, vus à travers l’objectif de s’améliorer.
Un ami m’a dit que cet album était structuré exactement comme une crise de panique, je pense que c’est la meilleure description que l’on puisse en faire ! Mais bon, peut-être que ça donne une mauvaise image, je sais pas…

-Tu as un souvenir en particulier de l’enregistrement à nous partager ?

Tout cet enregistrement a été vraiment spécial ! Je me suis vraiment senti en contrôle total du processus en écrivant, c’était comme un puzzle dont les pièces étaient éparpillées dans mon cerveau, je devais juste les retrouver et les assembler. On s’est beaucoup amusé en studio. L’enregistrement s’est déroulé à la campagne sur des sessions d’une semaine ou deux et on bossait toute la journée. Bon, on a aussi beaucoup joué à Mario Kart ! Le jour où on a écrit Sadboi, on l’a écouté peut être 30 fois d’affilée sur ces énormes enceintes, à un moment je me suis juste mis à courir dans la pièce en criant !

-Tu avais déclaré dans une interview de 2014 qu’écrire était comme une thérapie. C’est toujours ton resenti ?

Oh, complètement. D’ailleurs il n’y aurait pas eu de deuxième album si ce n’était pas le cas. Je suis vraiment une thérapie désormais, donc j’ai cette nouvelle manière de canaliser cette énergie, mais écrire m’aide beaucoup, ça me permet d’articuler mes pensées et de clarifier ce qui se passe dans ma tête. C’est la seule manière que je connais pour y parvenir. Et si je ne me sens pas au moins un peu vulnérable dans chaque chanson que j’écris, c’est que je n’ai pas dit toute la vérité.

-Quelle était le sens de ton vidéoclip pour “Aristocrats” ? La vidéo est très belle, et apaisée au début mais la fin est assez sombre.

C’était l’intention, de créer des images belles et puissantes de personnes noires en position de dominance et de royauté, mais aussi tout simplement dans des scènes de la vie quotidienne à travers l’histoire britannique. Le genre d’images que les personnes noires, indigènes ou de couleurs voient rarement -voire jamais- dans l’art en grandissant. Ce manque de représentations positives tout autant que l’abondance de représentations négatives impactent profondément l’image que tu as de toi et de ta valeur en grandissant, ça a clairement été le cas pour moi par exemple. Et la fin du clip illustre que peu importe à quel point on s’autorise à être vus en position de beauté et/ou de puissance, cela fini toujours par être nié, caché, voire détruit, et cette spirale négative continue.

-Tu es maintenant un acteur et un chanteur reconnu. Avec le recul, y a-t-il des choses que tu aimerais avoir fait différemment ?

Non, pas vraiment. Il y a peut être deux chansons que j’avais écrites et que mon label aimait plus que moi, mais si au final elles ont signifié quelque chose pour quelqu’un, comment pourrais-je les regretter ? Bon ceci dit, il y a quand même quelques rôles que j’ai pris uniquement pour payer le loyer, à la réflexion peut-être que ceux-ci je ne les referais pas !

-Que considères-tu comme ton plus grand succès ? Avec Raleigh Ritchie ou dans la vie en général.

Devenir père. Je pense que je ne comprenais pas vraiment ce que pouvait être réellement l’amour, ni quel était mon but avant que mon enfant n’arrive.

-Est-ce qu’il y a une question en particulier que tu aimerais que l’on te pose en interview ?

Non. Par contre je peux te dire qu’il y a plusieurs questions que j’aimerais bien que l’on ne me pose pas, et que l’on me pose très souvent !

-On allait pas finir sans poser une question relative à Game of Thrones ! Si Grey Worm (Vert Gris pour ceux qui n’aiment pas la V.O.) était téléporté à notre époque, tu penses qu’il écouterait quoi ?

Death Grips. 100%. Uniquement la discographie complète de Death Grips en boucle !

Découvrez le clip d’Aristocrats ci-dessous !

Crédits photo : Matt Beard

Tu veux plus de KAO ?

No spam guarantee.

Thibaud Duquesne

Author Thibaud Duquesne

Thibaud est le rédacteur en chef du magazine papier KAO Mag.

More posts by Thibaud Duquesne

Leave a Reply