was successfully added to your cart.

Un Épisode / 3 Artistes – 3 Concerts
Le synopsis est simple, trois créatrices du son et des mots, réalisent leur propre scénario : trois concerts où tous les genres s’invitent et se révèlent. Un seul lieu… en huis clos.

Thérèse – chanteuse du groupe LA VAGUE  – et MODGEIST s’associent pour une collaboration hybride et mystique. En direct du futur, ils vous livreront une performance live expérimentale : un flow habité dans les langues de Shakespeare et de Confucius élégamment enveloppé dans un système modulaire.

Thérèse, comment vous êtes-vous rencontrés ?

On s’est « rencontrés » au Generator lors du Synth Event, il y a deux ans environ. Mikaël (aka Modgeist) y faisait un live sur le rooftop. Il faisait beau et froid. Puis il y a eu un second contact sur facebook. Car suite à l’événement, je l’ai intégré à ma playlist mensuelle Soundsgood que je publie sur les réseaux sociaux. On s’est alors ajoutés, on a papoté virtuellement, on s’est redus compte qu’on avait beaucoup en commun avant de devenir potes dans la vraie vie. 

Thérèse, on te voit un peu partout, où trouves-tu l’énergie pour faire autant de projets différents ?

… Mmm… J’en sais trop rien. Je crois que j’ai intégré le fait qu’on allait mourir un jour. Et qu’il y avait des milliards de choses à vivre avant, beaucoup de choses à apprendre, tellement de gens à rencontrer… Tout ce qui stimule mon cœur et ma tête me rend heureuse. Aussi, j’aime quand les choses sont intenses, quand le rythme soutenu. Avec le temps, j’apprends tout de même à canaliser mon « urgence de vivre » en travaillant sur le calme et l’apaisement. En trouvant de la satisfaction dans la lenteur et la solitude salvatrice.

Est-ce qu’ils se nourrissent les uns des autres ?

J’ai fini par me rendre compte que oui. C’est rigolo que tu poses cette questions parce qu’à une certaine époque de ma vie, je culpabilisais de « m’éparpiller ». J’ai compris plus tard qu’en réalité je n’étais pas forcément câblée comme la majorité des gens. J’ai été diagnostiquée « zèbre » il y a quelques années. Ça m’a bouleversée. J’ai beaucoup lu à ce sujet, échangé avec d’autres personnes avec ce profil psychologique. J’ai fini par accepté ma « multipotentialité ». Du coup, je m’autorise à être musicienne dans LA VAGUE et commencer cette collab avec Modgeist (et d’autres dans le pipe), faire du conseil en stylisme, bosser en tant que chef de projet dans une agence, intervenir sur des questions de société qui me tiennent à cœur comme la place des femmes et des hommes dans le monde moderne ou sur la question de l’identité… le tout en même temps – après avoir fait des études qui n’avaient rien à voir… Étrangement, les vases communicants se créent d’eux-mêmes. Je vois ma vie un peu comme ces dessins pour enfant dont tu relies les points un à un pour découvrir une forme qui a du sens. Notre chemin de vie, c’est celui qu’on se trace.

Modgeist, qu’est-ce qui t’a donné envie de travailler sur des claviers modulaires ? C’est plutôt atypique !

Depuis que j’ai commencé la musique électronique, j’ai toujours voulu me construire ma machine sur mesure. Pouvoir parler à un constructeur et lui décrire exactement ce que j’imaginais. Quand j’ai découvert le format Eurorack (qui est le standard actuel des synthétiseurs modulaires), ça a été une évidence pour moi du coup. Un format qui permet de se construire son instrument de musique électronique sur-mesure, et de manière évolutive en plus, le rêve !

Peut on s’attendre à plus de collaborations entre vous dans le futur ?

C’est plutôt bien parti pour oui ! Nous allons commencer tranquillement par un EP, et nous verrons où ça nous mène. Le projet prend son temps, comme chacun de nous fait beaucoup de choses de son côté. Mais ça suit une belle évolution en tous cas, depuis notre première collaboration il y a un an pour un live à la Mairie du 13ème (à l’occasion du Nouvel An Chinois).

C’est quoi pour toi un Gang de Femmes ?

M : Ahah, elle est dure cette question ! Je ne sais pas trop, j’imagine soit une sorte de camp d’une société matriarcale post-apocalyptique, à la Mad Max, soit un sabbat de sorcières, près de Salem, au 17ème siècle.

T : La vision de Mika me plaît bien… Mais pour moi, un Gang de Femmes c’est un squad de meufs badass d’horizons différents qui prônent la sororité et qui s’entraident pour un monde où les femmes et les hommes peuvent exprimer chacun à leur façon leurs côtés masculin et féminins.

Crédit Photo : JIM BROWSKI Instagram :@thatguyyoujustmet

Vous pourrez retrouver Thérèse & Modgeist ainsi que Hannah Featherstone et Audrey Crapwood le samedi 30 mars au Black Star – Live Club pour une soirée en partenariat avec M&Co.

Lien de l’event : https://www.facebook.com/events/2272178632833600/

Préventes : http://bit.ly/2Ctw09G
Un cadeau pleins de musique et d’amour sera remis le soir de l’évènement aux 25 premières personnes qui auront acheté leur préventes ?

INFOS :

Gang de Femmes Episode 2 : le 30 Mars 2019 de 20h à 2h @ Le Black Star – Live Club  6 , passage Thiéré, Paris (XI). M° Bastille ou Ledru-Rollin. Entrée : 6€.

D Fine Us
Next Post
Thibaud Duquesne

Author Thibaud Duquesne

Rédacteur en chef du magazine KAO Mag

More posts by Thibaud Duquesne

Leave a Reply