was successfully added to your cart.

C’est au détour d’une pinte de bière au Printemps de Bourges, que nous avons rencontré Terrier, il aura fallu quelques mois pour qu’il en sorte un projet mature et inattendu.
Rencontre.

On te laisse présenter TERRIER en quelques mots ?
Terrier c’est avant tout un pseudonyme sous lequel je prends paroles à travers des chansons avec des textes clairs, droits, bruts.. sur une musique fusionnant la pop, le rock et le hip hop. J’ai créé ce projet cette année pour pouvoir dire en chanson ce que j’ai souvent du mal à exprimer dans la vie de tous les jours.

Avant d’être leader de ton projet tu as composé des bandes originales, qu’est-ce qui t’a donné envie de passer de l’ombre de la production au devant de la scène ?
J’adore le studio mais j’aime également énormément la scène, et mettre en image la musique ça manque un peu… du coup j’ai composé une dizaine de démos cette année pour reprendre la scène, j’avais des choses à dire, des tonnes de bouts de maquettes sur un disque dur que j’avais enfin envie de rendre public, de les partager sur scène et d’aller rencontrer la réaction des regards et des visages sur mes chansons.

On sent une nostalgie ambiante dans tes morceaux, qu’est-ce qui la nourrit ?
La mer me manque, mes amis d’enfance me manquent et l’odeur des champs. C’est une nostalgie qui est dûe à mon changement de vie en venant à Paris. Même si je suis très heureux ici, ces souvenirs sont des sources d’inspirations constantes pour moi. Ce sont des sensations qui sont tellement fortes pour moi intérieurement, qu’elle sont assez facilement transposables en musique et en texte. C’est une manière d’extérioriser et de kiffer le moment présent.

C’est une façon d’exorciser ces sources de mélancolie que de mettre des mots dessus et de les chanter ?
C’est tout à fait ça, et c’est aussi le moyen de les inscrire dans un temps, ce sont des souvenirs qui sont maintenant « matériels » et qui, à mon sens, sont assez mûrs pour être chantés voir scandés.

Avec ton clip “Tourniquet” on découvre une production et une réalisation très typées, c’était quoi tes références ?
Je ne suis pas vraiment parti de références précises. J’aime beaucoup mélanger les genres : j’adore la photographie noir et blanc, j’adore la culture punk anglaise et je suis très attaché à ce que peuvent dégager les gens autour de moi à travers des regards, des postures… Je m’inspire forcément de ce que je regarde au cinéma, ou de ce que je lis et même des pubs moches dans le métro.. mais c’est une inspiration inconsciente qui créer ces idées. Et puis, je pense constamment à des images en composant mes morceaux.

C’est quoi ta recette pour insuffler de la modernité dans la chanson française ?
Je ne sais pas si j’ai la recette, je fais une musique qui me semble honnête et « nature », me correspondant à 200%.

Si ta vie était un manège, ça serait lequel ?
Je vais te dire un truc bizarre, mais un mélange entre celui en face de la mer des Sables d’Olonne, et celui à Croix de Chavaux à Montreuil.

C’était qui ton super-héros préféré quand t’étais gosse ?
Zizou

Si t’avais ses pouvoirs c’est quoi le premier truc que tu ferais ?
Je mettrais Sergio Ramos sur le banc.

Et si tu ne devais garder qu’un seul CD, ce serait lequel ?
Nancy Sinatra – How Does That Grab You ?

On vous invite à découvrir le clip Tourniquet

Crédit – Valerian

Laura Naval

Author Laura Naval

More posts by Laura Naval

Leave a Reply